du Logis de la Dame Blanche

du Logis de la Dame Blanche Berger allemand

Berger allemand

Sortir les chiots précocement : Pour ou contre ?

Sortir les chiots précocement : Pour ou contre ?

Dr Dominique Lachapèle

Dr vétérinaire, DIE vétérinaire comportementaliste – Asson (64)


 


Le propriétaire qui achète un chiot souhaite mettre toutes les chances de son côte pour protéger sa santé. Il est donc souvent enclin à croire que, tant que le chiot n’est pas complètement vacciné, il vaut mieux limiter au maximum les sorties. Cette idée de « protéger » le chiot pendant ses trois premiers mois est encore hélas très répandue...



C’est à l’éleveur de donner les bons conseils à se sujet, pour assurer la santé mais aussi le bien-être futur du chien. Conseiller de sortir le chiot dès les premiers jours qui suivent l’arrivée dans la famille est important pour prévenir des troubles du comportament.


« Avant les premiers vaccins, un chiot est très vulnérable »


Contrairement à ce que l’on croit souvent, un jeune chiot n’est pas démuni de défences immunitaires : même avant les premières injections vaccinales, il possède dans son organisme des anticorps qui lui ont été transmis par sa mère.


« Une fois les premières injections de vaccins réalisées, il faut 12 semaines pour que le chiot soit protégé »


Les vaccins récents sont performants ; dès la première injection, une protection se met en place rapidement, même si la réaction immunitaire évolue en effet pendant plusieurs semaines.

De tout façon, un chiot ne vit jamais dans une bulle stérile : même s’il ne sort pas, des agents infectieux peuvent lui être transmis indirectement, par l’intermédiaire des personnes qui s’en occupent.

En revanche, si l’on attend la mise en place complète de l’immunité, soit environ 3,5 mois pour le sortir, le chiot court un risque encore plus grand : celui de développer un « syndrome de privation ». Découvrir le monde trop tard va entraîner des réactions de peur chez le chiot. Une fois déclaré, se syndrome se guérit difficilement et l’animal garde toujours des séquelles.


« Si je sors mon chiot trop tôt, il va avoir peur des bruits de la rue »


C’est l’inverse qui se passe. Entre l’âge de 2 et 3 mois, un chiot s’habiitue facilement à tout ce qui est nouveau pour lui. Si les contacts se passent dans de bonnes conditions, toutes ses expériences sont très utiles pour le chiot, qui enregistre ces éléments comme faisant potentiellement partie de son environnement normal. Il peut ensuite les rencontrer à nouveau sans avoir peur.

En revanche, une fois dépassé l’âge de 3 mois, tout ce qui est nouveau sera considéré comme dangereux et risquera de faire peur au chiot. Il faut savoir qu’un chien peureux sera toujours plus facilement agressif une fois adulte.


« Que mon chien reste timide avec des étrangers ne me gêne pas »


Un chien peureux est un chien à risque, quelle aue soit sa taille. Pour la bonne intégration du chien dans la société, il faut tout faire pour que le chien ne constitue pas une menace pour les gens qu’il rencontre. Une forte proportion de chiens mal socialisés pendant leur jeune âge développent ensuite des troubles du comportement, qui sont souvent la cause de leur abandon, voire de leur euthanasie.


« Dans la rue, quand on rencontre un chien, je prends mon chiot dans mes bras pour éviter que l’autre lui fasse mal »


Un chien adulte bien équilibré ne fera pas de mal à un chiot. C’est important pour l’éducation du chiot qu’il apprenne à communiquer avec ses congénères. Même si le chiot a acquis les bases de la communication avec sa mère et au sein de la portée, il faut lui permettre de jouer avec des chiens adultes bien éduqués afin de parfaire sa socialisation.


Recommandations générales


De l’avis général des vétérinaires comportementalistes, un chiot a besoin de faire ses rencontres variées, très tôt, dans des bonnes conditions, pour ensuite mener une vie épanouie. Il faut donc sortir le chiot précocement.



Source : « Lignées élevage », N? 28, Mai 2016